Chéquier

Prévue à l’article L. 132-2 du Code Monétaire et Financier, l’émission d’un chèque sur papier libre reste une opération délicate à effectuer, nécessitant, en effet, la présence d’un certain nombre de mentions obligatoires, raison pour laquelle, afin de faciliter la vie de leurs usagers, l’ensemble des établissements bancaires procèdent à la fourniture d’un chéquier, prenant la forme d’un carnet dans lequel se trouvent placés des formulaires pré-imprimés.

Rendue généralement obligatoire par la convention signée avec l’établissement bancaire, la fourniture et l’utilisation du chéquier constitue un avantage indéniable pour l’usager, lui permettant, en effet, de profiter d’une certaine sécurité, garantissant notamment de n’oublier aucune mention obligatoire à la validité des chèques émis, présentant toutefois l’inconvénient d’offrir un nombre limité de formules, engendrant ainsi le risque de se trouver à court.

Afin de rendre l’utilisation du chéquier toujours plus simple et facile, les établissements bancaires ont ainsi mis en place des mécanismes de renouvellement automatique, déclenchés par le numéro de l’un des formulaires présents en fin de carnet, l’usager pouvant aussi généralement en solliciter un nouveau sur simple demande auprès de son établissement bancaire, celui-ci se chargeant alors d’honorer cette commande dans les plus brefs délais.

Constituant, encore aujourd’hui, malgré la concurrence des moyens de paiement électroniques, une solution régulièrement utilisée par les usagers, la fourniture d’un chéquier reste une opération obligatoire pour les établissements bancaires, qui offre ainsi, à leurs usagers, un ensemble de services toujours plus complets, leur permettant ainsi de toujours disposer de la formule la plus adaptée à leur besoin.