Les tarifs bancaires font le grand écart entre les régions françaises

Le site « Choisir ma banque.com »  a, récemment, publié les résultats d’une étude sur l’évolution des tarifs bancaires, entre 2011 et 2012, en France. Si la tendance générale est à la baisse, l’enquête révèle de fortes disparités entre les différentes régions françaises, allant jusqu’à 16 € par an, pour le paiement de services standards.[i]

Une baisse relative des tarifs

Le coût moyen des tarifs standards a baissé de 0,19 % entre 2011 et 2012. L’étude souligne, ici, la baisse de 7,16 % du coût de l’abonnement à la gestion de compte sur Internet, afin de s’adapter aux offres des banques en ligne et mieux correspondre aux attentes des clients, ainsi que la baisse de 4,86 %, relative à la mise en place de prélèvements, qui tend, aujourd’hui, vers une totale gratuité chez de plus en plus de banques. Mais, comme toute moyenne, cela cache certaines évolutions positives. A l’image des frais de retraits dans un Distributeur Automatique de Billets (DAB) qui n’appartient pas à sa banque : ils ont subi une augmentation de 6,67 %. Pour ce service, les banques ont, soit réduit le nombre de retraits gratuits, soit augmenté le coût unitaire de retrait. Concernant les autres services, leurs tarifs stagnent ou suivent une légère hausse, inférieure à l’inflation, comme l’augmentation de la carte Visa à débit immédiat, qui a progressé de 1,16 % entre 2011 et 2012.

Les disparités entre régions

L’enquête du site « choisirmabanque.com » a, également, déterminé une forte disparité entre les régions françaises. Comme en 2011, la région Ile-de-France occupe la tête du classement, avec un coût moyen global des services standards de 97,85 €, suivi de la région Pays de la Loire (98,30 €) et de la Bretagne (98,64 €). Parmi les régions les plus chères, on retrouve Rhône-Alpes, avec 113,96 €, le Languedoc-Roussillon (109,90 €) et la Bourgogne (109,64 €). En termes d’évolution, les tarifs bancaires ont enregistré une baisse dans douze régions, entre 2011 et 2012, comme en Bretagne (-3,74 %), dans les Pays de la Loire (-3,72 %) ou encore, dans le Limousin (-2,96 %). A l’inverse, la plus forte hausse est située en région Champagne Ardennes (+2,69 %).

Mais, au sein même d’une région, un client pourra observer des différences de tarification pour un service identique. A l’image du groupe Crédit Agricole ou Banque Populaire qui bénéficient d’une totale liberté tarifaire, entre chaque agence.

Au niveau des banques en ligne, la forte concurrence des trois leaders du domaine – Boursorama Banque, Fortuneo et ING Direct – a conduit les deux premières à instaurer la gratuité du service relatif à la commission d’intervention, en cas de dépassement de découvert, afin de rejoindre la troisième entité, proposant déjà cette opportunité. Si la guerre est acharnée, le classement du trio de tête n’évolue pas et ne permet pas déterminer, clairement, un leader.

[i] A noter : La comparaison est basée sur un niveau de consommation « standard » comprenant une carte bancaire internationale à débit immédiat, 5 retraits hors DAB de sa banque, une commission d’intervention pour dépassement de découvert, un abonnement d’un an à la gestion de compte sur Internet, un virement passé par guichet, une mise en place de prélèvements et une assurance des moyens de paiement.