Livret A

Ayant été, de tous temps, depuis son apparition en 1818, l’une des formules d’épargne préférée des Français, le Livret A continue toujours aujourd’hui de susciter un grand intérêt auprès des usagers, qui peuvent désormais, et ce, depuis le 1er janvier 2009, souscrire celui-ci auprès de l’établissement de leur choix, alors que sa distribution avait longtemps été réservée à la Caisse d’Epargne, à La Banque Postale et au Crédit Mutuel, où il prenait alors le nom de Livret Bleu.

Appartenant à la catégorie des livrets réglementés, le Livret A voit donc ses principales conditions définies par le gouvernement, son plafond étant, par exemple, fixé à 15 300 €, tandis que son taux de rémunération se trouve recalculé tous les six mois, pour une modification éventuelle intervenant chaque 1er février et 1er août, avec la possibilité également de voir celui-ci réévalué, en cas de conjoncture exceptionnelle, au 1er mai et au 1er novembre.

Au-delà de cela, ce sont, en général, les banques elles-mêmes qui définissent les autres modalités telles que le montant minimum à verser lors de l’ouverture, ainsi que si la réalisation des opérations de versements et de retraits reste soumise à une somme minimum.

En termes de fiscalité, le Livret A est exonéré de toute taxation, qu’il s’agisse aussi bien des prélèvements sociaux, que de l’imposition sur le revenu, ce qui le rend donc d’autant plus attractif, auprès des épargnants, sans cesse à la recherche de solutions plus performantes, son rendement net apparaissant, en effet, comme l’un de ses atouts majeurs.