Tarifs des banques en ligne et banques en dur : des écarts disparates

Une étude réalisée par l’association Consommation, logement et cadre de vie – CLCV – et le magazine « Mieux vivre votre argent » a analysé les différents tarifs appliqués par les banques au 1er février 2012, en Métropole et dans les départements et territoires d’Outre Mer. Basée sur 133 établissements au total, cette enquête révèle que, d’une part, les consommateurs d’Outre Mer utilisant les services des banques en dur font l’objet d’une tarification nettement supérieure à celle des banques en dur de métropole, et que d’autre part, les banques en ligne apparaissent comme une solution véritablement intéressante en termes de prix.

Des écarts tarifaires considérables Outre Mer

Les banques en dur d’Outre Mer pratiquent des tarifs très disparates selon les établissements, mais également nettement plus élevés que ceux appliqués en Métropole. Ainsi, un « petit » consommateur paiera en moyenne 49 % de plus Outre Mer pour ses produits et services qu’en Métropole, un consommateur « moyen » paiera 14 % de plus, le « gros » consommateur paiera quant à lui en moyenne 19 % supplémentaires.

On peut néanmoins souligner que ces moyennes incluent des données très hétérogènes, entre les établissements bancaires appliquant des tarifs modérés, et les banques qui font supporter à leurs clients des prix particulièrement élevés. On citera ainsi, pour les moyennes « basses », des établissements tels que La Banque Postale Martinique Guadeloupe Réunion et les Bred Banques, où l’on retrouve des tarifs identiques à ceux de Métropole. Quant aux établissements pratiquant une politique tarifaire excessive, on peut mentionner le Crédit Agricole Réunion, dont les prix peuvent atteindre jusqu’à quatre fois ceux de Métropole.

Les banques en ligne : l’alternative aux tarifs trop élevés

Qu’il s’agisse de Fortuneo, d’Axa Banque, d’ING Direct ou de Boursorama Banque, et quels que soient les profils des clients, il apparaît que les banques en ligne affichent des tarifs véritablement inférieurs à ceux des banques en dur.

Toutefois, il convient de préciser que les banques en ligne proposent des offres qui leur sont propres, et dont les conditions diffèrent de l’une à l’autre. Ainsi, si la totalité des services bancaires de base est gratuite chez Fortuneo, ING Direct et Boursorama Banque, les conditions d’octroi des cartes bancaires varient quant à elles en fonction des ressources des consommateurs. Le revenu minimal demandé par Boursorama va de 1 350 € à 2 400 € net selon la carte sollicitée, quand Fortuneo dispose d’un plafond de 1 500 € à 2 300 €. 

Dans tous les cas, il importe d’étudier attentivement les offres proposées par les banques qu’elles soient en dur ou en ligne. En effet, selon le profil du client, ses besoins et ses attentes, les produits peuvent être amenés à différer, de même que les tarifs pratiqués. Il paraît donc essentiel de comparer plusieurs offres pour bénéficier des plus intéressantes, et ce, même si la tendance va vers une légère baisse des tarifs en 2012, toujours selon l’enquête réalisée en partenariat par Mieux vivre votre argent et la CLCV .